Marché immobilier: ces 5 chiffres qui rassurent les notaires.

21/07/2017

Il n'y a pas d'effet bulle sur le marché immobilier selon les notaires de France. Thomas Samson/AFP

 

Le marché de l’immobilier tourne à plein régime, selon la dernière note de conjoncture immobilière des Notaires de France pour le 1er trimestre 2017.

 

Les notaires ont retrouvé le sourire. Le marché de l'immobilier tourne à plein régime, selon la dernière note de conjoncture immobilière des Notaires de France pour le 1er trimestre 2017. " En mai, le nombre de transactions réalisées au cours des 12 derniers mois a atteint un niveau historique ".

 

Les Notaires se veulent rassurants: " Il n'y a pas pour autant, d'effet de bulle, car la plupart des achats sont faits pour se loger dans un marché à 90% d'utilisateurs ". Et d'expliquer que le marché s'inscrit dans une phase de rattrapage du nombre des ventes non réalisées les années précédentes, à l'instar de la hausse fulgurante du nombre des crédits immobiliers. Voici les 5 chiffres à retenir de cette note de conjoncture. 

 

907.000 transactions sur un an

 

C'est un niveau record. En mai 2017, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois a atteint le chiffre de 907.000 contre 824.000 en mai 2016. Il était de 837.000 en mai 2006 et de 834.000 en février 2012, deux autres très bonnes années. Mais ce chiffre record doit être relativisé " compte tenu de l'augmentation du parc immobilier par la production de nouveaux logements estimé à 1% par an ". Le nombre de transactions devrait se maintenir voire gonfler encore grâce aux taux d'intérêt bas qui soutiennent le crédit immobilier.

+ 3,8% Les prix des appartements parisiens mènent la danse

 

En Ile-de-France, la hausse des prix se poursuit: +3,8% par rapport au premier trimestre 2016. Les prix des appartements parisiens y sont pour beaucoup: +5,5% sur l’année. A l’échelle nationale, la hausse est plus importante pour les appartements (+3,2%) que pour les maisons (+2,3%).

 

+15% à Bordeaux, la ville de province à la plus forte hausse

 

Si quelques villes s’inscrivent en baisse pour les appartements anciens, comme Le Havre (-9%), Brest (-7%) et Dijon (-4%), d’autres s’en sortent beaucoup mieux, comme Bordeaux (+15%). Besançon, Strasbourg, Nancy, Marseille et Lille affichent également des augmentations significatives, entre 5% et 10%.

Consultez nos programmes immobiliers sur Bordeaux...

 

Nice perd sa 2e place

 

Bordeaux a volé à Nice la deuxième place des villes les plus chères après Paris. Les envolées de prix dans certaines agglomérations doivent néanmoins alerter. « On constate en effet que les loyers n’augmentent pas. Le rapport locatif se déséquilibre tant pour l’investisseur que pour le potentiel acquéreur qui pourrait trouver plus rentable de rester locataire ou de se délocaliser », précisent les notaires dans leur note.

 

8.450 euros le m² à Paris

 

C’est le prix au m² médian des appartements anciens au 1er trimestre 2017, soit une progression de 5,5% par rapport au premier trimestre 2016. Clermont-Ferrand enregistre le plus fort recul sur la période, à -9,4% pour un prix au m² médian de 1.600 euros.

 Consultez nos offres immobilières en Pinel

 

Interrogez-nous

 

 

 

 

 

Please reload

Suivez l'actualité de notre blog sur Linkedin

Posts Récents
Please reload

Abonnez vous à notre newsletter et bénéficiez des 5 conseils GRATUITS pour optimiser votre gestion de patrimoine !

Le Pire Ennemi de vos Impôts
06 50 63 80 23
information@lpei.fr
  • Blanc Icône Instagram
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Google+ Icon