L’assurance vie conserve son régime fiscal privilégié en 2018.

09/01/2018

 

Les lois de finances et de financement de la Sécurité sociale pour 2018 modifient en profondeur les prélèvements sur les livrets, les revenus fonciers, l’assurance vie et le compte-titres ordinaire. Le Revenu détaille les changements pour vous permettre de ne pas payer un euro de trop.

 

Hausse de la CSG (+1,7 point au 1er janvier 2018), instauration d’une flat tax ou prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% sur les revenus de l’épargne…

 

La réforme fiscale Macron affecte en profondeur la fiscalité des placements et donc leur performance nette globale. Le Revenu fait le point sur les nouveaux prélèvements, placement par placement.  

 

Intérêts des livrets bancaires et coupons d’obligations

 

Les produits de placements à revenu fixe et les coupons d’obligations obéissent au même régime fiscal. Ils sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30% (dont 17,2% de prélèvements sociaux). Il est possible d’opter pour le barème progressif.   

 

Dividendes

 

Ces revenus financiers sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30 %. L’abattement de 40% est supprimé, sauf si le contribuable opte pour une imposition du dividende au barème progressif. Mais les prélèvements sociaux sont assis sur le montant avant abattement.

 

Plus-values mobilières

 

Dans un compte-titres ordinaire, la plus-value nette sur la vente de titres (après imputation des pertes de l’année et d’éventuels ­reports des années antérieures) est soumise au prélèvement forfaitaire de 30% (dont 17,2% de prélèvements sociaux).

 

Le contribuable peut opter pour une imposition au barème progressif, qui lui permet de conserver les abattements pour durée de détention mais uniquement sur les titres acquis avant le 1er janvier 2018.

 

L’abattement atteint 50% entre deux et huit années de détention et 65% au-delà, mais ne s’applique pas aux prélèvements sociaux.

 

Revenus locatifs

 

Vous louez un logement vide. Vos loyers nets de charges s’ajoutent à vos autres revenus et sont soumis à l’impôt progressif et aux prélèvements sociaux (17,2%).

 

Si vos loyers bruts ne dépassent pas 15.000 euros par an, vous pouvez opter pour le régime du micro-foncier. Le fisc applique alors un abattement de 30% et vous n’êtes taxé que sur le reste.

Vous louez un logement meublé. Vos loyers sont taxés comme des bénéfices industriels et commer­ciaux (BIC). La plupart des loueurs en meublé retiennent le régime micro-BIC, bénéficiant ainsi d’un abattement de 50% sur les recettes tirées de cette activité.

 

Le surplus est soumis au barème progressif et aux prélèvements sociaux (17,2%). Si vos loyers dépassent 70.000 euros par an, vous êtes soumis au régime réel et pouvez déduire vos charges ainsi que l’amortissement du bien.

 

Plus-values immobilières

 

Imposition au taux forfaitaire de 19% et aux prélèvements sociaux de 17,2%, après abattement pour durée de détention.

Exonération totale après 22 ans pour l’impôt et 30 ans pour les prélèvements sociaux.

 

Assurance vie

 

L’assurance vie conserve son régime fiscal privilégié, à savoir des gains peu ou pas taxés et des capitaux décès qui échappent à toute taxation le plus souvent. (voir détails)

 

 Consultez notre offre en assurance-vie...

 

 

interrogez-nous...

 

Please reload

Suivez l'actualité de notre blog sur Linkedin

Posts Récents
Please reload

Abonnez vous à notre newsletter et bénéficiez des 5 conseils GRATUITS pour optimiser votre gestion de patrimoine !

Le Pire Ennemi de vos Impôts
55, avenue Marceau
75116 Paris
06 50 63 80 23
information@lpei.fr
  • Blanc Icône Instagram
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Google+ Icon