IEM : la pression fiscale et sociale réelle du salarié moyen de l'UE

29/07/2018

© Fournis par La Tribune

 

L'employé français moyen récupère deux jours de pouvoir d'achat en 2018 tout en restant le plus taxé de l'Union européenne (UE). Il travaille jusqu'au 27 juillet afin d'assumer les dépenses publiques. C'est deux jours de moins que l'année dernière et 45 jours de plus que la moyenne de l'UE.

 

Grâce à des données calculées par l'audit financier EY (Ernst & Young), l'Institut économique Molinari (IEM) a publié ce vendredi pour la 9e année consécutive son travail sur la pression fiscale et sociale réelle du salarié moyen de l'UE. Ce classement dévoile la spécificité de crypter la pression fiscale et sociale supportée par les employés moyens, pour l'année en cours dans toute l'UE, permettant d'appréhender l'influence réelle des taxes et charges et de leurs évolutions.

 

L'écart se creuse entre la France et ses deux poursuivants

 

Comme l'année dernière, les 3 ténors de la fiscalisation de l'employé moyen sont la Belgique, l'Autriche et la France. Malheureusement, la différence s'est creusée entre l'hexagone et les deux poursuivants.

 

La Belgique est 3e sur le podium, avec une libération fiscale et sociale le 17 juillet, dix jours plus vite qu'en 2017. L'ex-leader (jusqu'en 2015), ensuite n°2 (en 2016 et 2017) est dès lors 3e avec 54,24 % de pression fiscale et sociale sur l'employé moyen.

 

L'Autriche est 2e avec une libération fiscale et sociale le 18 juillet, même jour que l'année dernière. En l'espace d'un an la pression fiscale et sociale s'est faiblement améliorée, de 54,28 à 54,32%.

 

Selon des chiffres de l'IEM, "La France reste la championne de la fiscalité de l'UE pour la 3e année consécutive. La libération fiscale et sociale intervient le 27 juillet, deux jours plus tôt que l'an passé. Cette évolution correspond à la baisse de la pression fiscale et sociale, de 57,41 à 56,73% liée à la mise en œuvre d'une partie des baisses de charges promises lors de la campagne présidentielle."

 

Avant d'avoir 100 euros de pouvoir d'achat, le salarié moyen est contraint de faire face à 131 euros de charges et de taxes dans l'hexagone, contre 119 euros en Autriche et en Belgique. Par analogie, la moyenne de l'UE est de 84 euros.

 

Dans six nations, plus de 50% des recettes liés au travail sont prélevées au titre des taxes et charges : France, Autriche, Belgique, Allemagne, Grèce, Italie. L'employé moyen n'a pas de maîtrise directe sur près de la moitié de son travail, son influence sur la prise de décision étant, de la meilleure façon, indirecte.

 

La baisse d'une pression fiscale et sociale dans l'UE

 

Le taux réel d'imposition du salarié moyen de la communauté européenne est maintenant de 44,52%, en chute de -0,28% comparativement à 2017. Pour la 4e année consécutive, la fiscalité supportée par l'employé moyen régresse (-0,75% par rapport à 2014). Au contraire, elle demeure encore au delà de ce qui était remarqué au cours de l'année 2010 (+0,53%).

 

Sur une année, 16 nations de la zone euro participent à la diminution des taxes sur l'employé moyen et 12 remarquent une hausse.

 

La différence entre les 19 nations de l'UE et les neuf nations hors zone euro arrête de s'accentuer. La zone euro profitait originellement d'une fiscalité plus favorable, mais le contexte s'est inversée un an plus tôt. La zone euro ressort à 44,80% contre 43,92% pour les autres nations de l'UE en 2017.

 

Des impôts qui baissent enfin en France

 

De façon inédite dès la sortie de ce paramètre, l'employé moyen français amasse de la politique d'acquisition. Son jour de libération fiscale et sociale était passé du 26 juillet au cours de l'année 2010, au 28 juillet un an plus tôt ensuite au 29 juillet en 2016. Les opérations 2018 dévoilent finalement un renversement de tendance, avec une journée de libération fiscale et sociale au 27 juillet.

 

Depuis le modification de gouvernement, la modernisation des charges salariales a débuté à entrer en œuvre. Elle permet à le salarié moyen de recouvrer +244 euros d'être capable de d'acquisition en 2018. C'est âme soeur moins que ce qui avait été dévoilé au cours de le milieu rural présidentielle.

 

L'année prochaine, la chute des prélèvements sociaux va toujours accroître l'offre pour le salarié moyen, avec une économie d'environ +400 euros en année pleine en 2019. Mais elle n'est pas de nature à elle seule à altérer l'arrangement de la France. Bien qu'elle avait été opérationnelle pendant les 12 mois de l'année, la France serait restée cette année la championne de l'imposition de l'UE.

 

Seule la mutation du CICE en baisse durable de charges patronales en 2019 sera de nature à résorber la différence composé au fil des années entre l'hexagone et les deux autres champions de l'imposition que sont l'Autriche et la Belgique.

 

Le salarié français reste le plus fiscalisé dans la zone euro

 

Le salarié moyen français est en théorie parmi les mieux payés avec 56 815 euros (6ème rang de l'UE), mais il est si fiscalisé (56,73% de charges et impôt sur son salaire complet, 1er rang de l'UE), qu'il ne lui reste que 24.582 euros en pouvoir d'achat réel (11e rang de l'UE).

 

Alors que son employeur fait face à un coût du travail du même ordre que les pays du Nord de l'UE, le salarié moyen a un pouvoir d'achat intermédiaire entre celui des pays du Nord et des pays du Sud.

 

Pourtant mieux payé que le Suédois ou le Danois, le salarié moyen français dispose de 21% de pouvoir d'achat en moins que le premier et de 33 % en moins que le second.

 

À elles seules, les charges sociales (28.039 euros, 1er rang de l'UE) représentent plus que le pouvoir d'achat réel (24.582 euros, 11e rang), situation unique dans l'UE.

 

"la pression fiscale et sociale française n'est pas synonyme de mieux vivre"

 

Le croisement avec des travaux de l'OCDE ( Organisation de coopération et de développement économiques ) montre que la France, 1re de l'UE en taux d'imposition réel du salarié moyen, n'est que :

 

11e de l'UE dans la dernière livraison de "Better Life" de l'OCDE (22 pays de l'UE notés), 12e en termes de satisfaction vis-à-vis de la vie, 12e en termes de santé perçue, 17e en termes de chômage.

 

La qualité de vie parait excellente dans de nombreuses nations ayant une pression fiscale et sociale plus faible : c'est le cas de nations à coutume sociale bismarckienne (Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Belgique...), des nations beveridgiens (Royaume-Uni, Irlande...) et de l'ensemble des nations du Nord (Suède, Finlande, Danemark).

 

Plus d'informations...

 

Please reload

Suivez l'actualité de notre blog sur Linkedin

Posts Récents
Please reload

Abonnez vous à notre newsletter et bénéficiez des 5 conseils GRATUITS pour optimiser votre gestion de patrimoine !

Le Pire Ennemi de vos Impôts
55, avenue Marceau
75116 Paris
06 50 63 80 23
information@lpei.fr
  • Blanc Icône Instagram
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Google+ Icon