Impôts : le barème en vigueur à compter de 2019.

27/09/2018

© Reuters

 

Comme chaque année, le barème de l’impôt sur le revenu va évoluer pour tenir compte de l’inflation. L’an prochain, les tranches seront relevées de 1,6%.

 

Le barème de l’impôt sur le revenu (IR) va évoluer en 2019, l’objectif étant de neutraliser les effets de l’inflation sur les niveaux d’imposition des Français. Ainsi, comme le montre le tableau suivant, chaque tranche sera relevée de 1,6%, un chiffre qui correspond à la prévision d’inflation du gouvernement pour 2018.

 

Pour un célibataire, les revenus seront par exemple exonérés jusqu’à 9.964 euros et non plus jusqu’à 9.807 euros.

 

Rappel sur le calcul de l’impôt

 

Pour mémoire, l’impôt se calcule en ayant recours au quotient familial, c’est-à-dire en tenant compte du nombre de part : 1 pour un célibataire, 2 pour un couple. Les deux premiers enfants donnent droit à une demi-part chacun et l’attribution passe à une part à partir du troisième.

 

Un couple gagnant 40.000 euros (2 parts) a par exemple un quotient familial de 20.000 euros. Ce quotient est ensuite soumis au barème. D’où un impôt de 1.405 euros par part. Il suffit enfin de multiplier ce chiffre par le nombre de part pour déterminer l’impôt théorique, soit 2.810 euros dans notre exemple.

 

Décote

 

Pour alléger l’impôt dans les tranches basses, un mécanisme de décote est également appliqué depuis plusieurs années. Il sera maintenu en 2019.

 

Il s’agit concrètement d’un rabais accordé sur l’impôt théoriquement dû. En 2019, pour un célibataire, la décote correspondra à la différence entre 1.196 euros et les trois quarts de l’impôt brut. Par exemple, si l’impôt brut est de 1.000 euros, le contribuable obtiendra une décote de 446 euros (1.196 – 1000 x ¾) et n’aura donc à régler « que » 554 euros.

 

Pour les couples, le calcul sera le même mais en prenant 1.970 euros comme valeur de référence au lieu de 1.196 euros.

 

Plafonnement du quotient familial

 

Ceux qui ont des enfants à charge doivent aussi savoir que l’avantage fiscal procuré par les demi-parts (ou les parts) supplémentaires est limité. On parle de plafonnement du quotient familial.

 

Pour ce faire, on compare l’impôt de la famille à celui dû par un foyer sans enfants aux revenus équivalents. En 2019, l’avantage fiscal obtenu par les familles ne pourra excéder 1.551 euros par demi-part : soit 1.551 euros pour un enfant, 3.102 euros pour deux enfants, 6.204 euros pour trois enfants…

 

Quels revenus ?

 

2018 et 2019 étant des années particulières sur le plan fiscal, on peut se demander à quels revenus s’appliquera ce barème.

 

Il concernera en premier lieu les revenus de l’année 2018. Pour mémoire, du fait du prélèvement à la source, les revenus récurrents de 2018 seront exonérés d’impôt. En revanche, les revenus exceptionnels seront imposés. C’est donc sur la base de ce barème que sera calculé le crédit d’impôt qui annulera tout ou partie de l’impôt dû au titre de l’année 2018.

 

Ce barème concernera aussi les revenus de 2019 soumis au prélèvement à la source. Il sera utilisé pour calculer la régularisation à effectuer a posteriori. De ce fait, le projet de loi de finance prévoit aussi d’ajuster le barème du taux neutre. Ce dernier ayant été déterminé en 2017, il sera relevé de 2,616% (1% au titre de 2017 et 1,6% au titre de 2018). Ainsi, le taux sera de 0% jusqu’à 1.403 euros de revenus mensuels au lieu de 1.367 euros dans la grille initiale.

 

Plus d'informations...

 

Please reload

Suivez l'actualité de notre blog sur Linkedin

Posts Récents
Please reload

Abonnez vous à notre newsletter et bénéficiez des 5 conseils GRATUITS pour optimiser votre gestion de patrimoine !

Le Pire Ennemi de vos Impôts
55, avenue Marceau
75116 Paris
06 50 63 80 23
information@lpei.fr
  • Blanc Icône Instagram
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Google+ Icon