Assurance-vie ou dépendance : quelles différences ?

iStock.com - yacobchuk

 

Pour parer à une éventuelle perte d'autonomie, il existe deux solutions offertes par les assurances : l'assurance-dépendance qui est souscrite le plus souvent à fonds perdu ou l'assurance-vie avec une option dépendance qui ne couvre généralement que la dépendance totale. Avantages et inconvénients de ces deux possibilités. 

 

L'assurance-dépendance

 

Ce type d'assurance permet au souscripteur d'être protégé en cas de perte d'autonomie mentale ou physique provoquant une incapacité partielle ou totale d'accomplir les tâches élémentaires de la vie quotidienne.  L'assuré effectue des versements réguliers sur son contrat. Une fois sa dépendance reconnue, celui-ci reçoit un capital ou une rente mensuelle, selon ce qui est prévu au contrat. L'état de dépendance (totale ou partielle) doit être reconnu par le médecin traitant ou un médecin diligenté par la compagnie d'assurance.  En cas de reconnaissance d'une dépendance totale, l'assuré percevra 100 % du montant du capital prévu. En cas de dépendance partielle, seulement une part de la rente sera versée, en fonction du niveau de dépendance.  S'ajoutent à cela des services d'assistance (aménagement du domicile, hébergement en établissement spécialisé), comme prévu au contrat. Point important, si la dépendance n'est jamais reconnue, les fonds investis sont perdus. Il existe toutefois des solutions pour ne pas cotiser totalement à fonds perdu. Soit en ajoutant une clause de réduction dans son contrat -- l'assuré cesse alors de cotiser après un temps déterminé au contrat -- soit en contractant une assurance dépendance de type épargne. Dans ce dernier cas, l'assuré décide, lorsqu'il a atteint l'âge de 85 ans, de récupérer son épargne (en gardant sa rente en cas de dépendance) ou de doubler sa rente dépendance, en investissant son épargne.

 

Les options dépendance de l'assurance-vie

 

Il est également possible de s'assurer contre la perte d'autonomie au sein même de son contrat d'assurance-vie. Trois options existent : Classique : l'épargne investie est transformée en rente dès que l'état de dépendance est reconnu. À défaut, il est reversé aux bénéficiaires. À terme : le capital est restitué à une date fixée au contrat. En cas de dépendance, la somme est doublée ou majorée. En l'absence de dépendance, l'épargne est récupérée par l'assuré sous forme de capital ou de rente.  Capital équipement : les cotisations sont versées jusqu'à 75 ans. Une rente est versée en cas de dépendance. Au décès de l'assuré, les bénéficiaires touchent le capital après déduction des rentes versées durant la dépendance.  Attention : les options dépendance de l'assurance-vie ne couvrent généralement que la dépendance totale. De plus, les frais sont très élevés, une option dépendance vous coûtera en effet environ 3 % de plus que dans un contrat simple. 

 

À savoir

 

L'âge jouera un rôle important dans votre choix. Avant 45 ans, vous privilégierez l'assurance-vie avec option dépendance (avec une sortie en rente viagère) que vous activerez au moment opportun. Entre 45 et 60 ans, il peut être judicieux de s'assurer contre la dépendance partielle en se tournant vers l'assurance dépendance. Au-delà de 60 ou 65 ans, cette même assurance dépendance permettra de profiter de prestations d'assistance indispensables en cas de perte d'autonomie. 

 

Plus d'informations...

 

 

 

Please reload

Suivez l'actualité de notre blog sur Linkedin

Posts Récents
Please reload

Abonnez vous à notre newsletter et bénéficiez des 5 conseils GRATUITS pour optimiser votre gestion de patrimoine !

Le Pire Ennemi de vos Impôts
06 50 63 80 23
information@lpei.fr
  • Blanc Icône Instagram
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Google+ Icon